Avec ‘Le Gadjo‘, le créateur français Jacquemus signe une première collection masculine sous les auspices du soleil, du naturel et des épis de blés.

Le décor est posé : pour ses débuts en prêt-à-porter, l’Homme Jacquemus, défile au beau milieu des serviettes de bain, à l’orée du coucher de soleil et de l’eau turquoise d’une calanque marseillaise. ‘Le Gadjo‘, collection printemps-été 2019 du créateur français qui se déroulait à Marseille ce lundi 25 juin est un concentré de matières naturelles, d’imprimés estivaux, de couleurs ensoleillées, du jaune, à l’orange en passant par le rouge ocre et de pièces portées à même les torses nus… CHALEUR ; et éternel hommage à l’inspiration signature de Jacquemus, le Sud.

Tricots de soie, pantalons retroussés, bermudas et mini-shorts bien ajustés, jerseys décolletés, chemises à motifs épis de blés ouvertes, polos rayés déboutonnés et pulls d’été en laines légères créés en collaboration avec The Woolmark Company, sans oublier, l’ensemble monochrome bleu pastel, franche dédicace à l’Olympique de Marseille : l’Homme Jacquemus est résolument sexy et se joue des codes du sudiste avec panache.

Côté accessoires, plein phare sur les chapeaux de paille, qui ne sont pas sans rappeler les couvres-chefs emblématiques de sa collection femme ‘Les Santons de Provence’, mais aussi sur les sacs XXL portés à la main façon sauveteur de plage, les ceintures tressées, les bobs et bananes siglés ou encore les pochettes en cuir plates fièrement arborées autour du cou. Avec un casting 100% testostérone qui marche pieds nus sur le sable, ‘Ultra Bogoss‘ de Disiz la Peste en arrière-plan, Jacquemus fait une entrée remarquée, et remarquable, dans la mode masculine.

A propos de l'auteur

Chloé Ambre Maurin

"Vaines bagatelles qu’ils semblent être, les vêtements ont, disent-ils, un destin plus important que de nous tenir chaud. Ils changent notre vision du monde et le point de vue du monde sur nous." - Virginia Woolf

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.