À l’occasion du défilé printemps-été de Thom Browne, l’école des Beaux Arts de Paris s’est vu redécorée en jardin d’enfants. Le show commence par une distribution de fleurs, Thom Browne relooke son dandy en nain de jardin cette saison. Alors soyez prêts, le designer américain nous invite sous la coupole pour passer un moment joyeusement bucolique.

‘ Tout est parti des nains de jardin et tout s’articule autour d’eux, parce qu’ils sont ridicules et absurdes.’

Inspiré par les nains de jardin mais aussi par les couleurs preppy, Thom Browne mixe un pantalon en coton bleu ciel à un large manteau rose, une veste verte et un par-dessus jaune poussin. Le tout est accessoirisé d’un sac en forme de chien jaune flamboyant. Chaque silhouette est plus enjouée que sa précédente. Rapidement, on remarque les crustacés XXL brodés qui se répètent au fur et à mesure du show. Baleine, crabe, écrevisse, Thom Browne nous plonge dans le grand bain et explique que ‘c’est très américain de broder des crustacés sur un pantalon’. Et pour agrémenter cette farandole de gaieté, rayures et damiers sont les bienvenus.

Pour couronner le tout, le designer propose un final remarqué par son choix de faire défiler ses mannequins par paire. L’un au manteau ajusté, l’autre exagérément oversize, l’un en short, l’autre en pantalon, les twins déambulent dans des pièces accordées mais aux proportions opposées. ‘L’un des looks incarne [les] débuts [du styliste] il y a 17 ans, le suivant est la silhouette de la saison’, explique Thom Browne. Coup de génie du créateur, c’était brillant !

thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1)thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1) thom-browne-fashion-runway-ss19-folkr (1)

A propos de l'auteur

Anouck Leclercq

"Les filles averties respectent les règles mais twistent les codes. Car ce sont elles qui décident quand elles veulent séduire - ou pas. Bref, elles jouent mais ne trichent pas." - Philippe Corbin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.